Flux logistiques : comment les optimiser ?

Optimiser les flux logistique

Flux logistiques : optimisez vos processus de la production à la livraison

Les flux logistiques, également appelés « supply chain », désignent l’ensemble des opérations nécessaires pour acheminer des marchandises depuis un fournisseur jusqu’à son client final.

Dans le cadre du e-commerce, leur bonne gestion est déterminante pour soutenir la compétitivité des boutiques en ligne et augmenter la satisfaction des clients. Quelles sont les étapes de la supply chain ? Comment optimiser les flux logistiques tout au long du processus, depuis la production jusqu’à la livraison ? Explications et conseils.

La typologie des flux logistiques

En e-commerce, le « supply chain management » (ou gestion de la chaîne d’approvisionnement) inclut plusieurs types de flux :

  • les flux physiques : la fabrication du produit, le transport, l’entreposage, la gestion des stocks, la préparation de commandes, l’emballage et la livraison finale ;
  • les flux d’informations : la réception de commandes en ligne, la transmission des ordres de production ou de livraison aux bons intervenants, le suivi en temps réel du statut de la marchandise, etc. ;
  • les flux financiers : les encaissements clients, les paiements fournisseurs, le contrôle des coûts, etc. ;
  • les flux administratifs : les documents de transport, les contrôles qualité, le traitement des retours de commandes, etc.

Ces différents flux sont interdépendants les uns des autres, et doivent fonctionner ensemble pour former une supply chain performante qui tend à livrer le bon produit à la bonne personne au bon moment.

La chaîne logistique : à chaque maillon ses problématiques

Le processus d’expédition des colis depuis l’usine de production jusqu’au client final est constitué d’étapes logistiques successives formant les maillons d’une chaîne. Chaque maillon comporte des difficultés pouvant se répercuter sur le maillon suivant. Il est donc important que chaque acteur de la chaîne logistique mette en place des actions ciblées à son niveau, pour réduire au maximum les risques d’erreur.

La production de marchandises et l’approvisionnement en entrepôt

La planification de la fabrication des produits est importante pour éviter les surplus de marchandises (qui génèrent un excédent de coût de stockage) ou à l’inverse, les ruptures de stock (qui génèrent des pertes de Chiffre d’Affaires). Cela implique pour le e-commerçant d’aligner constamment sa production sur la demande du marché. Pour cela, il doit anticiper au mieux l’approvisionnement de ses matières premières et organiser la fabrication de ses produits en fonction des fluctuations des commandes tout au long de l’année. L’optimisation des flux de production, appelés aussi « flux internes », peut être un exercice complexe pour les produits sujets à une forte saisonnalité.

D’autre part, la phase de production implique la stricte vérification des normes de qualité avant la sortie usine pour éviter les retours ou réclamations des clients. Enfin, l’acheminement des produits finis chez le prestataire logistique doit avoir lieu au bon moment : ni trop tôt pour minimiser les coûts de stockage, ni trop tard pour ne pas créer de pénurie.

La réception et la mise en stock en entrepôt

La réception des marchandises et leur mise en stock nécessitent le respect d’un protocole strict pour éviter les temps morts et assurer une bonne coordination des opérations.

Les entrées doivent être planifiées pour organiser l’arrivée et le déchargement des camions, et ainsi limiter le temps d’attente des chauffeurs comme l’immobilisation de leurs véhicules. L’identification des colis et le contrôle qualité dès la réception permettent de vérifier l’état des produits et la conformité du bon de livraison avec les quantités réellement reçues. Il faut ensuite enregistrer et étiqueter chaque produit avant son entreposage pour le retrouver facilement au moment du picking et tenir un inventaire précis de chaque référence.

Enfin, le stockage doit être effectué dans des conditions adaptées au produit pour le préserver de toute détérioration : espaces non soumis aux gros écarts de température, endroits secs (cosmétiques), stockage à plat ou sur portant (textile), etc.

La préparation des commandes

La préparation des commandes est une étape qui peut entraîner des erreurs et une perte de temps (et donc des réclamations clients). Certaines bonnes pratiques peuvent améliorer le processus :

  • le contrôle du bon étiquetage des produits à réception pour éviter les erreurs au moment du picking (erreur de référence, oubli d’article, confusion dans les quantités ou dans les couleurs, etc.) ;
  • l’optimisation des trajets dans les zones de l’entrepôt pour réduire les temps de préparation ;
  • la mise à jour des stocks au fur et à mesure du traitement des commandes ;
  • le soin apporté à l’emballage et au calage des produits pour prévenir les dommages pendant le transport ou la manutention des colis ;
  • le double contrôle des commandes pour éviter les erreurs ;

le scan de l’étiquette du colis pour assurer sa traçabilité durant la livraison.

Le transport et la livraison des colis

Les flux de distribution depuis la plateforme logistique vers le client final sont aussi appelés « flux externes » ou « flux aval ». Les différentes options de livraison proposées aux acheteurs ainsi que l’étendue des zones géographiques à livrer imposent aux entreprises e-commerce de nouer des partenariats avec plusieurs transporteurs. Cela leur permet à la fois de répondre à des exigences de délais variées (livraison express, standard ou plus écologique avec l’utilisation de points relais), et de disposer en permanence de solutions de transport, notamment lors des pics d’activité.

Par ailleurs, l’amélioration des coûts de distribution repose, quand c’est possible, sur l’optimisation des itinéraires et la consolidation des commandes. La mise en place de livraison en point relais ou en consigne automatique 24/7 permet aussi de diminuer l’impact du dernier kilomètre sur le coût de transport, ainsi que l’empreinte carbone. Enfin, le suivi du colis à chaque étape du transport est impératif pour assurer sa traçabilité et tenir le client final informé de sa date de livraison.

La gestion des retours

Contrairement aux boutiques physiques, en e-commerce, les acheteurs ne voient pas le produit avant de le commander. Il n’est donc pas rare de devoir gérer des retours. On appelle cela « la logistique inversée » ou « reverse logistique » en anglais. Les retours représentent un coût pour les e-commerçants, mais la facilité à renvoyer un article qui ne convient pas est un critère décisif d’achat pour le e-consommateur. Dans la supply chain, plusieurs actions peuvent être mises en place pour fluidifier la logistique des retours :

  • la définition en amont d’une politique de retours claire : délai de rétractation, conditions de retours et modes de remboursement ;
  • la possibilité pour les acheteurs d’éditer de manière autonome leur propre étiquette retour et de remettre leur colis dans le circuit de transport ;
  • la mutualisation des transports, c’est-à-dire le fait pour le chauffeur de récupérer les colis retours dans des endroits déjà prévus dans sa tournée de livraison (point relais par exemple) ;
  • la réception des colis retours dans une zone spécifique de l’entrepôt pour procéder à une inspection qualité ;
  • la prise en charge de la remise en état et du reconditionnement des produits par la plateforme logistique pour une réintégration rapide des articles ;
  • l’analyse des motifs de retours pour savoir ce qui doit être amélioré ou corrigé, soit dans la chaîne d’expédition, soit dans l’offre du produit.

Ces bonnes pratiques permettent d’optimiser chaque maillon du flux logistique et d’éviter des points d’achoppement qui se répercuteraient sur la suite de la chaîne. Parallèlement, des outils peuvent venir assister les professionnels dans leur gestion des flux.

Les outils d’optimisation des flux logistiques

Il existe aujourd’hui des outils très performants, fondés sur l’analyse de données, capables de rationaliser les flux de manière automatisée. Ces logiciels sont devenus indispensables pour relever les défis organisationnels complexes de la logistique e-commerce.

L’ERP (Enterprise Resource Planning)

L’ERP est un outil de gestion des ressources doté de fonctionnalités essentielles en matière de supply chain management. Il centralise toutes les données de l’entreprise et offre des tableaux de bord fiables : gestion des commandes, visibilité en temps réel sur les stocks de matières premières et de produits finis, planification des approvisionnements, suivi des coûts, etc.

Le croisement de toutes ces données facilite le pilotage des flux et l’optimisation de la production, et permet d’éviter les ruptures ou les surplus de stocks.

Le WMS (Warehouse Management System)

Le WMS est un logiciel de gestion d’entrepôt ultra performant utilisé pour fluidifier les opérations logistiques et réduire les erreurs. Le niveau des stocks est disponible en temps réel grâce à l’automatisation des entrées/sorties. En optimisant l’espace exploité et les trajets entre les références produits, le logiciel rationalise l’organisation de l’entrepôt pour diminuer les temps de picking.

Le WMS fournit des reportings précis qui analysent la cadence des activités et identifient les temps morts, dans le but d’augmenter constamment la productivité et d’améliorer les délais de livraison.

Le TMS (Transport Management System)

Le TMS est un logiciel de gestion des transports qui se décline en 2 versions : le « TMS chargeur » dédié aux plateformes logistiques, et le « TMS transporteur » utilisé par les prestataires de transport. Dans les 2 cas, l’outil sert à diminuer les coûts et les délais liés à la livraison.

Le TMS chargeur permet à l’entrepôt d’optimiser la planification des transports et de sélectionner la meilleure option disponible sur le marché en fonction des contraintes des livraisons à organiser (itinéraire, volume, livraison express, etc.). Le TMS transporteur permet de rentabiliser les tournées, la gestion de la flotte de véhicules et le remplissage des camions.

L’OMS (Order Management System)

Pour des activités omnicanales avec des flux nombreux sur chacun des canaux, les outils OMS permettent d’avoir un pilotage central des différents flux (stocks et commandes notamment). Ces outils, intégrés au centre de la chaîne d’approvisionnement, allouent à chaque canal de vente les produits disponibles et communiquent avec l’ensemble des outils informatiques (WMS, CMS, ERP, etc.) pour partager l’information et ainsi éviter les ruptures de stock au moment de la préparation de commande.

Grâce à leurs fonctionnalités puissantes, ces logiciels améliorent les performances de chacun des maillons de la chaîne logistique. Mais leur efficacité est encore décuplée lorsqu’on connecte ces systèmes entre eux pour obtenir une solution intégrée de bout en bout, capable d’optimiser les flux de tout type depuis la production jusqu’à la livraison finale.

L’optimisation des flux logistiques est déterminante dans la réussite des entreprises e-commerce. Véritable facteur de productivité, de rentabilité et de compétitivité, la supply chain nécessite la mise en place de stratégies réfléchies et performantes. Chez Acolyt, l’amélioration des processus repose non seulement sur l’utilisation d’une suite logicielle intégrée de la production à la livraison, mais aussi sur notre capacité à écouter vos besoins, comprendre vos attentes et communiquer efficacement avec les autres acteurs de la chaîne.

Notre réactivité et notre flexibilité nous permettent de nous adapter rapidement aux aléas de production et de compenser les éventuels retards, grâce à une mise en stock efficace. Nous nous employons à vous offrir une haute qualité de service, en minimisant constamment les délais. Tous nos efforts sont tournés vers le même objectif : la satisfaction de vos clients.